Le jour où j’ai dit stop

J’ai eu envie d’écrire plus de choses. De parler d’autre chose que de mode. Mon ancien blog était uniquement consacré à ça. J’adore la mode, ce n’est pas le problème. Mais là, j’ai envie de m’exprimer, de parler de mes sentiments, de ma façon de vivre, du fait que j’essaie d’être minimaliste. J’ai eu envie de devenir minimaliste au fil de mes lectures. Tout cela partait à la base de la recherche d’un style vestimentaire adapté à ma personnalité et à mon mode de vie. Je me suis longtemps cherchée vestimentairement parlant, après le lycée, lorsque je suis allée à la fac, j’ai eu pour la première fois un job qui m’a permis d’avoir pas mal d’argent de poche. Je me suis alors sentie toute puissante et libre de pouvoir enfin m’acheter tout ce que je voulais avec. Non pas que mes parents m’empêchaient de m’acheter des vêtements, mais c’était toujours limité car ma mère ne voulait pas que j’achète ce que je voulais, et surtout, elle m’achetait des vêtements sans marque, sans rien, souvent dans des magasins de déstockage. Je n’ai jamais aimé ça. J’ai toujours été frustrée de ne pas posséder les mêmes fringues que mes copines qui elles pouvaient exhiber leurs fringues Naf-Naf ou Zara. J’ai eu mon premier manteau Zara à Noël en terminale, c’est dire… D’ailleurs je l’ai toujours. Bref, arrivée à Paris à la fac avec des sous qui tombaient tous les mois, pour moi et moi seule, j’ai été prise dans une sorte de frénésie. J’achetais encore et encore dans les enseignes de fast-fashion : H&M, Camaïeu, etc. Que des vêtements de mauvaise qualité… J’ai également pris énormément de poids à cette période, dû au fait que comme je me sentais libre et sans autorité supérieure, je me suis mise à acheter n’importe quoi à manger. Des barres de chocolat, des gâteaux, des bonbons… Tout ce que je ne mangeais jamais chez mes parents.

Et puis un jour j’ai commencé à me rendre compte que je faisais n’importe quoi. Ça m’a bouleversée. Je ne me reconnaissais plus. Elle était passée où la fille à la taille de guêpe, heureuse de vivre et toujours joyeuse et optimiste ? Disparue dans la consommation, dans l’excès. J’ai donc commencé à me sentir vraiment mal dans ma peau, aucun des vêtements que je portais ou que j’avais en arrivant à Paris ne m’allait. Je ne savais plus comment me mettre en valeur et surtout comment me cacher. J’ai acheté de nombreux pantalons et t-shirts larges, on aurait dit une skatteuse-éléphant.

Les années passent. Je rencontre l’homme avec qui je suis aujourd’hui pacsée. Petit à petit je retrouve le sourire. Mais les vêtements, c’est toujours pas ça. Même si j’ai presque reperdu tout le poids que j’avais pris à la fac, je n’ai plus le corps de mes 17 ans. C’est à ce moment là que les émissions de relooking on commencé à arriver sur la télé française. J’étais devenue accro à tous ces programmes, et je rêvais secrètement de pouvoir me faire relooker aussi. Mais d’une part c’était beaucoup trop cher, et d’autre part, il faut savoir un minimum qui on est et ce qu’on aime pour ça, sinon ça ne marche pas. C’est là que j’ai commencé à faire des recherches sur le net. Comment bien s’habiller ? Quels sont les basiques ? etc. Petit à petit j’ai découvert les sites parlant de caspules wardrobes. Le premier c’était le projet 333 il me semble. Ensuite Dead Fleurette, puis l’Armoire Essentielle, L’art du minimalisme et plus récemment 100 objets. J’ai acheté des livres (la mode pour les nuls, ma to-do list dressing) et j’ai appris à trier ma garde-robe. J’ai vidé des kilos de fringues dans les bennes de recyclage. Puis j’ai racheté, et j’ai rechuté, j’ai retrié. Et finalement, j’ai ouvert un blog sur les Capsule Wardrobe. J’ai commencé à vouloir transmettre ce savoir accumulé sur les gardes-robes capsules, qui permettent de ne pas se prendre la tête le matin devant son placard. A la fin de l’année 2013, j’ai pris rendez-vous avec une conseillère en image sur Caen, là où j’habite maintenant, pour faire un test de colorimétrie. Je le dis sans arrêt, mais ce test, ça a changé ma vie (ou presque). Maintenant que je sais ce qui me va, je n’ai plus besoin de me poser des questions en faisant du shopping. En conjuguant les capsules wardrobes et la colorimétrie, je suis enfin heureuse.

Et puis un jour, je lis des articles sur Dominique Loreau, la grande prêtresse du minimalisme. J’ai lu tous ses livres. C’est ce qui m’a donné envie de devenir minimaliste pour autre chose que pour mes vêtements. Je me suis beaucoup renseignée à ce sujet depuis, j’ai également fait pas mal de tri. Et plus récemment, j’ai acquis le livre de Bea Johnson « Zéro Déchet ». J’ai toujours eu un petit côté écolo proche de la nature. Mais avec ses conseils, j’ai eu envie d’essayer de produire de moins en moins de déchets. C’est là que j’ai décidé d’arrêter mon ancien blog sur les gardes-robe capsules, pour ouvrir celui-ci, et vous parler de tout cela.

J’ai eu envie de partager cet apprentissage minimaliste.Alors… BIENVENUE !

EnregistrerEnregistrer

Filed under Journal

Ici, je partage avec vous mes aventures minimalistes et (presque) zéro déchet. Je vous raconte ma garde-robe que je veux la plus éthique possible. Je suis (presque) végane et je tente de découvrir de belles alternatives écologiques aux produits animaux. Mais ce que j'aime par-dessus tout, c'est discuter avec vous. Bonne lecture ♥︎

6 Comments

  1. Toutes mes félicitations Eva pour ce nouveau projet plein d'ambition 🙂 !
    Tu as bien fait d'ouvrir un nouveau blog, une nouvelle page se tourne et j'ai hâte de lire la suite et de connaître tes bons plans…

    Très bon week-end à toi ma jolie, bises.
    M.

    • Merci pour tes encouragements Margaux ! Moi aussi j'ai hâte de (re)commencer !
      bon weekend à toi aussi ! bisettes

    • Merci Julien ! je me sens bien petite à côté de toi qui pratiques le minimalisme depuis bien plus longtemps que moi ! à très vite également !

  2. Alors je continuerai à te suivre ici. Perso je n'en suis qu'au début de la démarche – presque encore à l'état de projet. A+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *