Lâcher Prise

Ce sujet me trotte dans la tête depuis quelques temps déjà, et visiblement je ne suis pas la seule à vouloir lâcher prise en ce qui concerne le shopping, les analyses morphologiques et colorimétriques.

 A lire avant de continuer :

– Into Mind
– Mrs Buffy Mars
– L’armoire essentielle : problème + solution

La publication de deux photos sur mon compte Instagram (ici et ici) et les discussions avec certaines d’entre vous ont été le déclencheur de cette réflexion en ce qui me concerne.

LE SHOPPING

 Il faut savoir que je continue à me rendre régulièrement dans les boutiques de ma ville, peut importe la marque, pour faire des essais de tenues qui me plaisent (bien souvent ce sont des idées trouvées sur Pinterest). Je me rend donc dans les boutiques pour vérifier si ça peut m’aller, quelle taille je devrais choisir, quelle coupe je dois commander si c’est sur un site d’occasion, etc. En gros, je vais en boutique pour l’inspiration et pour essayer des looks, ça m’évite de commander des choses qui ne me vont pas.

Comme le montrent les deux photos ci-dessus, je trouve parfois des looks qui me plaisent bien, et je les prend en photo pour vous les montrer à vous aussi, parce que je suis contente d’avoir trouvé une silhouette qui m’allait.

Dans ce cas là, mon but est de trouver la même tenue en version éthique (soit d’occasion, soit fabriquée en France/Europe, soit bio, etc.). C’est là que le périple commence. Autant vous le dire tout de suite, ça ne fonctionne pas. Je ne trouve jamais un vêtement de la même coupe, de la même matière, de la même couleur, ou encore pas à ma taille. Le calvaire les gars ! Enfin, en tout cas ça me prend le chou…

Sous l’une des photos que j’ai postées sur Instagram (celle avec la robe rouge corail), je vous ai fait part de mon désespoir :

Comme une envie d’été #danslacabinedessayage aux @galerieslafayette de #Caen

Si seulement je pouvais trouver la même dans un magasin éthique… Je commence à désespérer, je n’ai plus rien à me mettre littéralement (je n’ai plus de vêtements pour de vrai, ils étaient trop grands, ils étaient trop usés) et je ne trouve que des choses qui me plaisent dans les magasins fast-fashion. Ai-je le droit d’acheter des vêtements venant de ces magasins pour reconstituer mon stock ??? That is the question… Je suis dans le flou total……………. I need somebody, H E L P !

 Voici la conversation qui a suivit :

 koyangibacalhau Pour moi, le minimalisme, ce n’est pas que les objets mais aussi l’attitude. Il faut savoir s’arrêter quand ça devient une prise de tête. Si tu n’as pas d’autres alternatives, prends ce qu’il te plaît ! Et les gens du Bangladesh ont aussi besoin de travailler
minimalevabee @koyangibacalhau merci pour ton avis c’est effectivement ce que je me disais aussi, mais j’avoue que ça me fait mal au coeur de me dire que ce que je porte a peut-être été fabriqué par quelqu’un qui se fait exploiter et en même temps je n’ai pas le choix financier… C’est compliqué… Mais il ne faut pas. Tu as raison il faut que mon mode de vie minimaliste m’epanouisse et pas l’inverse… :)
koyangibacalhau Je partage entièrement ce que tu ressens mais je ne critiquerai jamais quelqu’un en fonction de son pouvoir d’achat ni de ses priorités. Même la Clean Clothes Campaign n’appelle pas au boycott de la Fast Fashion. La situation serait pire si les ateliers se retiraient. Bref, c’est complexe et je salue ton envie de faire au mieux ! Bises
marnoline Je suis complètement d’accord. Parfois il faut savoir s’imposer un cadre stricte mais parfois il faut aussi s’imposer de la souplesse ! Si l’article te semble de bonne qualité, que c’est un vrai besoin et qu’il coche toutes les cases sauf celle de l’éthique ou seconde main…. Fonce ! Et puis se faire plaisir c’est très important aussi…. En plus, cette robe est très chouette !
minimalevabee @koyangibacalhau @marnoline merci pour votre soutien moral les filles, je ne cherche pas à me déculpabiliser, mais ça fait du bien d’avoir un autre avis :) je vous embrasse :)
marnoline C est marrant je viens de lire le nouvel article sur armoire essentielle : c est tout à fait le sujet de ton hésitation je trouve, je te conseille d aller y jeter un oeil ;-) […]
minimalevabee @marnoline oui je l’ai lu ce matin, quoiqu’elle parle plutôt du fait d’acheter compulsivement dans les depot ventes mais oui il est intéressant ^^ après les filles de l’armoire essentielle ont l’air moins préoccupées que moi à propos de l’éthique dans la mode, elles sont davantage intéressées par la qualité (les marques qu’elles portent comme Isabel Marrant, Jil Sanders ou Tara Jarmont fabriquent en Asie comme tout le monde), donc on a pas les mêmes priorités, cependant j’aime beaucoup leur blog. ;) […] bises
marnoline Oui je suis tout à fait d accord, leur démarche n est pas la même que la tienne mais au final, je trouve le raisonnement assez similaire, puisqu elles recherchent la qualité et la durabilité aussi dans le but de consommer moins… […]
minimalevabee @marnoline on est bien d’accord […]
kalygolo Je pense qu’à un moment il faut prioriser. C’est bien d’avoir des critères éthiques et environnementaux quand tu as une armoire fournie et qu’il s’agit de remplacer quelques pièces ici et là parce que tu as le temps de choisir et d’économiser pour, mais quand tu as besoin de refaire ton « fond » de garde robe tu peux prioriser les critères indispensables et être plus flexibles sur d’autres. Le minimalisme c’est aussi la quantité : si tu achètes quelques pièces fast fashion de temps en temps, ça n’a pas le même impact que de changer toute sa garde robe chez H&M tous les mois… C’est ce que j’ai fait pour les basiques qui s’usent vite et que je n’ai pas les moyens de racheter en éthique à chaque fois (jeans etc)
minimalevabee @kalygolo effectivement tu as raison, à moins d’avoir le budget de Crésus, c’est difficile de repartir de zéro avec des pièces éthiques. Et effectivement à nouveau, je ne renouvelle pas ma garde robe toutes les semaines chez H&M… Du coup je pense que je vais lâcher du leste… Merci pour ton avis

 Ma décision était donc prise, je devais arrêter de me prendre la tête. A l’origine, ma démarche minimaliste avait le but de simplifier ma vie pour être plus sereine. Puis j’ai commencé à prendre conscience de l’existence des Sweat Shop et des horribles conditions de fabrication des vêtements. J’ai rajouté à ma liste des choses à améliorer dans ma vie le fait de consommer de façon éthique. C’est devenu mon nouveau cheval de bataille. Or c’est un processus compliqué à gérer lorsque comme moi, on doit refaire de fond en comble sa garde-robe parce que notre corps à changé. En effet, j’ai perdu beaucoup de poids en un an (suite à une régulation hormonale) et je continue d’en perdre (depuis mon arrêt du gluten). Je n’avais absolument pas prévu que cela arrive, je n’avais donc pas prévu non plus de devoir adapter mes vêtements en conséquence (prendre une taille plus petit, ou une forme qui s’adapte facile comme des robes un peu larges, etc, où il aurait été plus simple d’anticiper ce changement). J’ai donc perdu 2 tailles en moins d’un an. Promis je vous raconterai ça en détail dès que possible, en tout cas ne vous inquiétez pas je ne suis pas malade, au contraire, ma santé est meilleure qu’auparavant ! ;) Mais c’est une autre histoire…

Bref, à partir de là, tout s’est compliqué dans ma démarche. Il fallait que je change tous mes vêtements, avec un budget plus que limité, tout en trouvant des pièces correspondant à mon style personnel, et il fallait que ce soit d’occasion ou neuf issu d’un magasin éthique. En tout ça faisait une trentaine de pièces à racheter en très peu de temps.

Après de longues heures passées sur les sites de vente d’occasion, j’ai fini par trouver quelques pièces me correspondant, j’ai aussi investi dans de belles pièces chez Ekyog cet hiver. Sauf que ça n’a pas suffi. Les pièces d’occasion se sont usées très vite, j’ai commencé à chercher de quoi les remplacer sans rien trouver.

Puis j’ai commencé à poster les photos de moi dans des cabines d’essaye sur mon compte Insta. Et j’ai commencé à vous demander votre avis, parce que j’en étais à un point où ça me prenait vraiment trop la tête. Mon éthique en prenait un sacré coup, j’avais envie de me sentir belle dans de nouveaux vêtements à ma taille, qui me mettaient en valeur, et je ne trouvais pas, ça me frustrait.

Heureusement, nombreuses d’entre vous m’ont encouragée (cf. discussion ci-dessus).

Pour conclure, j’ai décidé de faire comme Kali me l’a conseillé, c’est-à-dire au départ, de remplacer mes basiques qui s’usent rapidement dans des magasins « traditionnels », et d’acheter les pièces plus résistantes chez les marques éthiques. Trouver un équilibre en quelque sorte, afin qu’au bout d’un certain temps, je puisse racheter mes basiques au fur et à mesure en boutique éco-responsable.

Le compromis a été dur à accepter les premiers jours après cette conversation avec les filles sur Instagram, mais au final, maintenant je me sens mieux, et j’ai plus de recul.

J’ai même constitué sur Pinterest une wishlist (que vous trouverez sur la barre latérale droite du blog) 100 % éthique, avec des basiques, intemporels, issus des collections permanentes des marques, pour pouvoir me fabriquer une nouvelle garde-robe responsable, petit à petit, au fur et à mesure des remplacements.

Grâce à tout ce raisonnement, je me sens donc bien plus sereine à propos de mon comportement consommateur, et je dois avouer que ça fait beaucoup de bien.

Vous verrez dans mon prochain Shopping Fast Month de Juin qui paraitra début juillet, comment j’ai gérer toute cette situation…

LA MORPHOLOGIE ET LA COLORIMETRIE

J’ai également récemment eu un autre déclic concernant les histoires de morphologie et de colorimétrie.
Théoriquement je suis un petit A morphologiquement parlant, et les couleurs m’allant sont les couleurs associées à la femme Printemps.

1 / Les vêtements conseillés aux femmes en A sont les formes trapèze pour les hauts, les robes et les jupes, et les formes bootcut pour les pantalons. Le truc est que ces formes ne me plaisent pas du tout. J’ai un style très minimaliste (on ne se refait pas), avec ma coupe à la garçonne, j’aime le style androgyne et porter des pantalons hyper serrés et des hauts larges et longs, j’aime ce qui est très épuré. Or cela ne correspond pas du tout au style qui est sensé m’aller. J’ai essayé plusieurs fois de porter des bootcuts, avec des talons, je trouve que ça me vieilli, que ça fait dame, j’ai horreur de ça (je vais avoir 26 ans pour info..). Les seules fois où j’ai aimé porter du bootcut, c’était au lycée pendant ma période roots-babacool.
J’ai donc décidé de n’en faire qu’à ma tête et à laisser Mme Cordula au placard. D’assumer mes formes et mes envies.
Figurez-vous que ça fonctionne ! Je me sens mieux comme ça, je me sens davantage MOI. Et ça franchement, ça n’a pas de prix les amis… Il ne faut pas oublier que plus on se sent bien et belle/beau, plus on a de l’allure, plus on a la classe. C’est THE règle.

2 / Pour les couleurs, on se rappellera de mon test de colorimétrie effectué il y a deux ans, que je ne renierai pas entièrement, mais que je voudrais nuancer. En principe, je suis sensée devoir porter beaucoup de couleurs vives et lumineuses pour me mettre en valeur. J’ai essayé, ça ne m’a pas plu. Parce que ce que je préfère ce sont les couleurs NEUTRES : le noir, le blanc, le gris, le beige. Bon très bon point, le gris et le beige font partie de mes couleurs « autorisées ». En revanche, le noir et le blanc c’est hors de question.
Encore une fois, j’ai finalement décidé de faire fi des conseils que l’on m’a prodigué et de m’écouter. Cela ne veut pas dire que je reste dans une palette de couleurs entièrement neutres, parce que j’aime bien ajouter quelques pops de corail et de jaune, ou de camel ou de kaki, mais ça reste discret ! Et c’est comme ça que je me plait.


Voilà pour ce très très long article (désolée), j’espère que vous aurez eu le courage de lire tout jusqu’à la fin, parce que j’aimerai beaucoup connaitre vos avis, avoir des témoignages de votre part.


Que pensez-vous de mon point de vue ? Etes-vous d’accord ? Ou pas ?

20 Comments Write a comment

  1. Ils ont des soldes privées en ce moment chez Ekyog, tu devrais regarder ce qu'ils ont à -50% c'est une bonne manière d'assembler quelques pièces éthiques année par année :)

    Reply

  2. Hello Eva ! Bon je t ai déjà fait part de mon opinion sur instagram en ce qui concerne la partie achats éthiques mais je trouve que c est aussi vrai pour le reste au final… meme si on sait en théorie ce qui nous sied le mieux, ça n est pas forcément en adequation avec ce qu on aime, et autant il y a des tas de situations dans la vie de tous les jours où on ne peut pas se permettre de s écouter, autant là, je trouve que c est raisonnable de le faire. Personne n est parfait et meme si dans le meilleur des mondes on aimerait toutes avoir une garde robe constituée de pieces de qualité, cela requiert un budget et une patience en décalage avec le besoin de se vêtir et le turnover vestimentaire saisonnier… Perso j ai fait énormément d efforts pour reduire ma consommation "modesque" et je peux dire sans rougir que chaque achat que je fais est réfléchi. Mais il n empêche que je reste quelqu un qui aime la mode, qui aime s habiller, et si je craque sur une pièce qui n est pas éthiquement conçue, je m accorde le plaisir de l acheter. Ca n arrive pas hyper souvent et ça n est jamais imppulsif puisque je m accorde du temps pour y penser, l essayer, reflechir à comment elle s integrera dans.ma garde robe etc…. et parfois même, c est une pièce dont les couleurs ne sont pas en adéquation avec la femme morphologie A et palette automne que je suis :-)
    En conclusion, j approuve ton message Eva ! Maryline

    Reply

  3. Je pense que l'essentiel est de faire un achat conscient. Tu réfléchis sur des achats, tu essayes au maximum que ce soient des achats éthiques, des articles que tu vas porter et non pas des achats impulsifs/de compensation qui vont rester dans tes meubles. A partir de là il arrive parfois qu'on ne trouve ce dont on a besoin en seconde main. Tu as fais la démarche de chercher, bon, si tu n'as pas trouver il faut bien se rabattre sur le circuit traditionnel… Personne ne te lynchera pour ça ;)
    Ça m'arrive aussi encore d'acheter du neuf fast-fashion, pour des pièces que je ne trouve en seconde main : des débardeurs noirs d'occas pas avachis/délavés ? des pulls clairs qui collent à ma morpho ? des leggings noirs pas dégeus ? Je pense qu'il y a effectivement un équilibre à trouver entre achat "éthique" et "achat fast-fashion", selon l'accès qu'on a des boutiques de seconde main et son budget vêtement.
    Quand au style…. A partir du moment où te te sens bien dans un vêtement, belle et mise en valeur, et bien je pense que c'est tout bon, que ça corresponde ou pas à ton "ta morphologie idéale décrété par d'autres" ;)

    Reply

    • c'est clair que pour trouver des basiques d'occasion, c'est quasi impossible !! dans ce cas là effectivement, on n'a pas d'autre choix que d'acheter du neuf et pas forcément éthique, vu que l'offre de vêtements éthiques est quand même très très limitée malheureusement !!
      merci pour ton gentil message ! :)

      Reply

  4. Hello Eva! Bravo pour ton lâcher prise :)
    J'ai vu en effet fleurir plusieurs articles sur la mauvaise tendance du minimalisme (prise de tête) et je me suis rendue compte qu'en effet il y a en effet "pervers" à tout ça. On veut consommer moins et mieux et résultat on passe beaucoup de temps pour trouver la parle rare que parfois on ne trouve jamais et cela amène une grosse prise de tête et tout ça est chronophage!!!
    C'est parfois tellement difficile de trouver la pièce parfaite qui nous va bien et qui nous plait (et donc qu'on sait qu'on va porter très souvent) que je suis de l'avais de tes autres lectrices de pas se culpabiliser quand malheureusement cette pièce est une H&M, Zara ou co. Si cela reste de l'ordre du raisonnable pourquoi se priver? La vie doit être un long fleuve tranquille ponctuée de p'tits plaisirs et il faut pas toujours tout trop intellectualisé. Bref laisses parler tes envies parfois :)

    Reply

    • Hello et Merci !! :)
      Effectivement, il peut y avoir un effet "pervers" dans la démarche éthico-minimaliste, pour les "control freak" comme moi, mais bon maintenant je suis sur la voie de la rédemption ! (lol)
      Il faut juste bien faire attention de ne pas retomber dans ses anciens vices de compulsion c'est tout ! :)

      Reply

  5. J'en suis un peu au même point, en fait je n'ai pas tellement d'idées comment m'habiller en été. Il a suffi d'une ou deux journées à plus de 30° pour que je panique et que j'achète quatre ou cinq tops sur videdressing. En plus, au moment de passer la commande, j'ai tendance à rechigner et à tout remplacer par du moins cher dont, au final, je ne veux pas.
    Bon, ce que j'en tire, c'est que les achats d'occasion, c'est pas mal, j'ai trouvé quelques belles pièces comme ça. Mais j'ai remarqué que j'ai tendance à flasher surtout sur des choses qui sont bien photographiées, et par exemple on voit rarement les bouloches en photo. Autrement dit, il faut faire gaffe, d'autant plus que chez videdressing, les frais de retour sont à la charge du client.

    Pour le côté éthique, j'avoue que j'ai un petit problème: c'est tout un ensemble d'enjeux qui ne se résolvent pas par un choix de consommateur, même si c'est tentant de le croire. Personne, en voyant ce qui se passe dans les usines textiles, ne veut y contribuer. Pareil pour l'environnement. Aussi, les habits peuvent être "made in Europe" et être quand-même faits dans des conditions quasi-illégales par des travailleurs immigrés: c'est le cas dans certaines usines du côté de Leicester en Angleterre, par exemple, où les travailleurs sont payés environ £3 de l'heure, soit considérablement moins que le salaire minimum, j'avais vu un article dans le Guardian par rapport à ça. Mais franchement, ces problèmes ne se règlent pas au niveau de ses choix de consommateur. Tout ce qu'on peut faire vraiment individuellement, c'est d'essayer de ne pas être un consommateur. Or, ce n'est pas possible, dans le monde tel qu'il est. Donc, le mieux, c'est de consommer peu et bien. Le problème que je vois avec plein de démarches minimalistes, la mienne comprise, c'est qu'on peut passer des heures et des journées à faire du lèche-vitrine, à mettre des choses sur Pinterest, à regarder, à évaluer différents produits. Le passage à la caisse, c'est une étape de la consommation, mais ce n'est pas la seule. Je pense que l'idéal serait de comprendre comment la recherche de la perfection finit par nourrir le comportement consumériste, finalement, surtout que l'industrie de la mode n'a pas l'air de se sentir trop menacée par ça, après tout le côté épuré et minimal c'est rien de nouveau, c'est l'ultime idéal inatteignable, ça fait des années que les parfums Chanel, par exemple, sont hyper minimalistes dans leur présentation.
    Dernier point et j'arrête de squatter: la colorimétrie et la morphologie, ça peut servir de guide, du coup c'est bon à connaitre, mais pour le dépasser. Parce qu'au final, on n'est pas des photos en deux dimensions, mais des personnes: les habits nous accompagnent – sauf catastrophe embarrassante – pendant nos journées, ils reflètent le côté utilitaire de ce qu'on fait de nos journées, mais aussi notre sens de l'esthétique, acquis au fil de notre vie, et puis notre rapport aux autres. Et ça, c'est encore plus important. Mais surtout, en lisant les blogs minimalistes, j'ai le sentiment de voir une série de femmes seules avec leur penderie. Alors que la fabrication des vêtements, c'est une industrie énorme, mondiale, et avant ça c'est une tradition millénaire: on n'est jamais seule face à sa penderie. C'est la mentalité consumériste qui nous donne cette illusion.
    Enfin, voilà, je conclus pour arrêter de squatter les commentaires, tout ça pour dire que je connais très bien la sensation de se lancer dans un projet de capsule et de se retrouver dans la situation que tu décris, mais effectivement je pense que le côté "control freak" et le consumérisme sont absolument liés, avec le sentiment de culpabilité aussi: pour moi, ils atteignent tous un paroxysme au moment de l'achat, c'est pourquoi j'ai tendance à merder à ce moment-là.

    Reply

    • Hello !
      Je suis assez d'accord avec toi, sauf pour une toute petite chose en ce qui concerne l'éthique. Tu dis qu'on ne peut jamais être sûr de la façon dont sont fabriqués nos vêtements si on n'a jamais été vérifié. C'est à la fois vrai à la fois faux.
      C'est vrai pour les marques fast-fashion et mainstream qui ont tendance en ce moment à faire beaucoup de green washing et qui ont des produits bio ou fabriqués en Europe. Là effectivement, il est fort probable que le produit ait uniquement été assemblé en Europe, et dans des conditions pas toujours très légales, et ça malheureusement on ne peut pas le contrôler. Il existe bien des ateliers de confection textile européens où des travailleurs immigrés et sans papiers sont exploités à la limite de l'esclavage, même en France, et c'est inadmissible.
      Et je crois que c'est aussi faux si on sait où acheter. Quelques marques malheureusement peu connues sont réellement transparentes sur leur mode de production. On peut suivre la traçabilité d'un produit très facilement, et ça c'est vraiment bien, il faut l'encourager. Il ne faut donc pas voir le tableau tout noir, j'ai rencontré quelques très belles personnes (Marion Cotillard sort de ce corps !^^) qui se battent pour que leurs produits soient fabriqués dans des conditions éthiques, et ça il faut le reconnaitre et le promouvoir. La mode change en ce moment, il y a des prises de consciences, et c'est vraiment cool ! :)
      Alors je te souhaite bon courage dans tes démarches, et surtout reste positi(ve/f) :)
      A bientôt !

      Reply

    • C'est pas tellement qu'on ne peut pas être sûr de la fabrication des vêtements sans vérifier: pour ça, y a des marques qui sont très transparentes et précisent dans quelle usine et le nom du proprio et tout (Everlane, par exemple, ou Curator). Par contre, j'en vois qui considèrent un achat comme éthique, soit parce qu'il est en coton bio, soit parce qu'il est fabriqué en Europe et aux US, et par exemple American Apparel a une réputation d'être éthique, par exemple, alors qu'il y a eu des abus au niveau de leurs employées de magasins et enfin tout ça n'est pas très net.

      Mais c'est au-delà de ça que je m'interroge: on peut chacune essayer d'avoir une démarche éthique, c'est un peu vrai, et encore, c'est pas évident du tout, pour nous, parce que l'éthique, ça reste une sorte de luxe, quand c'est un choix individuel de consommateur qui coute un peu plus cher. Par exemple, les femmes qui travaillent dans les usines de textiles en Asie, un T-shirt blanc Ekyog, ça doit représenter quelques mois de salaire. Les gens qui ne peuvent tout simplement pas, même en Europe, sont bien plus nombreux que ceux qui peuvent. C'est au niveau du pouvoir d'achat, comme des besoins vestimentaires tout simplement. Y a du changement, mais beaucoup de marques écolo, par exemple, semblent considérer qu'on n'a besoin de porter que du casual, voire du hippie: manque de choix, mais aussi, ciblage d'une certaine clientèle. Disons que les problèmes rencontrés de toute façon dans le commerce, sont exacerbés par le prix et le manque de choix, pour les marques éthiques.

      Ensuite, même avec la transparence, je ne serai jamais choquée de découvrir un abus quelconque chez une marque éthique, simplement parce que, tant que leurs pratiques ne sont pas la norme, elles restent un argument de vente. Et si je peux me payer des habits éthiques, qu'en est-il de toutes celles qui ne peuvent pas? Qu'en est-il des vendeuses chez Ekyog ou d'une ouvrière chez leurs fournisseurs ? Qu'en est-il de moi, il n'y a pas si longtemps? Parce que, acheter de la fast-fashion, ça ne vient pas du fait d'être inconscient, ou insouciant, ou simplement accro au shopping. C'est toute une situation qui conduit à être réellement, matériellement dépendant des fringues quasiment jetables.

      C'est chouette de voir des blogueuses comme toi, qui partagent par exemple ce documentaire norvégien sur l'industrie du textile, et des tuyaux sur comment éviter la fast-fashion par exemple. Mais, je trouve qu'il y a du potentiel pour aller plus loin. D'ailleurs, si je pouvais te conseiller une lecture, c'est Nickeled and Dimed de Barbara Ehrenreich, où elle explore comme c'est finalement très cher d'être pauvre, quand on reçoit son argent au compte-gouttes.

      Mais bon, globalement c'est pour ça que je trouve ça plus pertinent de consommer beaucoup moins, et mieux, quand on le peut, et que j'ai un peu de scepticisme face aux marques éthiques pour l'instant, même si c'est vrai qu'on dirait que ça change.

      Reply

    • Mais tu as raison ! :) Il est très pertinent de consommer moins ! Après pour le reste, c'est comme pour tout, il faut nuancer. Effectivement, s'acheter du coton bio chez Zara n'est pas si éthique que ça (d'ailleurs dans ma prochaine capsule je ferai la distinction, grâce à toi, parce que je trouve que tu as raison de le mentionner), acheter chez American Apparel, parce qu'il y a écrit à l'entrée de leurs magasins "no sweat-shop" sans être au courant de la manière dont sont traités les mannequins et les employés, c'est pas terrible non plus.
      Pour Ekyog, j'ai vraiment confiance en eux. Sur leur site, on peut lire que les ouvriers manufacturiers sont bien traités et bien payés en fonction du niveau de vie de leur pays (qui est certes misérable comparé au SMIC), quand aux vendeuses françaises, qui doivent elles être payées au SMIC, je peux t'assurer que personnellement je suis payée au SMIC et j'arrive à m'offrir des fringues de cette marque de temps en temps, pendant les soldes et les ventes privées. Le tout est, comme tu le disais si justement à la fin de ton commentaire, d'acheter peu, et bien.
      Quand au style des vêtements éthiques, je suis mi-figue mi-raisin encore une fois :) Si on parle d'Ekyog à nouveau, pour citer la marque la plus connue, on trouve dans chaque collection au moins un pantalon chic et une veste de tailleur. Et en cherchant un peu, je peux t'assurer que par exemple chez Harpe, il y a des vêtements plus formel très jolis. D'ailleurs, je suis sur un projet en ce moment qui permettra à ce type de marques de mieux se faire connaitre du grand public. Car effectivement, les habits plus formels manquent cruellement dans le paysage de la mode éthique. Tu peux constater d'ailleurs que je ne m'habille pas en hippie/baba-cool et que j'arrive à me fournir de temps à autre en vêtements éthiques ;)

      Merci pour le conseil de lecture, je vais essayer de trouver ça ! :)

      Reply

    • Ouais, je vois qu'Ekyog ont des choses pas mal du tout, aux soldes ça devient abordable, et j'en ai vu d'autres qui font de bons basiques qui passeraient tout à fait bien au bureau. Après, en France, on s'en tire pas trop mal économiquement et en termes de pouvoir d'achat. Mais je vois la situation dans les pays anglophones, plus libéraux de ce point de vue-là, les gens qui vivent d'allocations ou même du salaire minimum, ils se retrouvent avec une petite quantité d'argent tous les mois et le choix entre s'acheter un truc à consommer tout de suite ou l'économiser. Quand on a passé la journée dans un call-centre ou à remplir des étagères de supermarché ou, pire, à postuler ou passer des entretiens pour garder ses allocs, on a plutôt envie de s'offrir une revue ou une petit bière que de ranger ça dans sa tirelire et s'acheter une chemise dans trois mois, qu'on n'aura même pas l'occasion de porter tellement.

      C'est un peu pour ça que je disais que ça va au-delà de la démarche de consommateur. On peut faire confiance aux marques ou pas, mais admettons qu'Ekyog par exemple en soit digne, ce qui est tout à fait possible: tant que leur démarche n'est pas la norme, la situation reste inacceptable. D'ailleurs je trouve qu'on leur jette pas mal de fleurs, alors que c'est nous qui leur rendons service en étant clientes. Ils font juste leur boulot sans esclavagiser personne et sans assassiner la planète: ça devrait être le minimum. Mais je pense qu'on est globalement d'accord là-dessus.

      Après, je me demande aussi de quel droit, d'abord, on considère l'habillement comme quelque chose de frivole et, donc, comme un passe-temps de greluche, un peu, alors qu'on ne peut pas se balader à poil et on va souvent dans les magasins, je pense que t'en sais quelque chose, avec un mélange de plaisir et d'angoisse. Et en plus on nous met dans la situation où on contribue à maintenir des gens dans une situation intenable et dans des conditions de travail indécentes quand on achète des habits, alors qu'ils sont une nécessité, et aussi on communique pas mal à travers ses habits, c'est pas juste une affaire de nécessité. Enfin, c'est un basique de le vie de tous les jours, et l'industrie textile transforme ça en une sorte de mélange frivolité-nécessité assez malsain.

      D'ailleurs je trouve que globalement tu gères assez bien ce côté-là. J'avais pensé faire un blog de mode à un moment, mais je n'arrivais pas vraiment à gérer le côté "hiiii des friiiingues!" combiné avec "oups, des gens sont maintenus dans un salaire de misère à bosser 72 heures par semaine pour faire ce torchon en polyester". D'autant plus que, du coup, "aucune ouvrière ne s'est suicidée dans la confection de ce vêtement" devient un argument de vente au même titre que "l'imprimé à pois est très joli". D'ailleurs je noterais que c'est pas juste H&M ou Primark, j'ai du Isabel Marant d'occase fabriqué en Chine aussi, alors je ne sais pas dans quelles conditions. Mais si la fringue neuve coute 300€ ils pourraient quand-même faire un effort.

      Enfin bon, merci pour ton accueil, j'avais pas prévu de t'assomer avec trois pavés de suite. Bonne continuation! :D

      Reply

    • Clairement, on est d'accord, le pouvoir d'achat en France reste très correct comparé à d'autres pays. Et effectivement, il y a un côté un peu étrange à lancer des fleurs aux marques qui ne pratiquent pas l'esclavage et ne polluent pas, alors que ça devrait être la norme. Malheureusement, la majorité des marques ne sont pas réglo du tout, et il faut réapprendre à produire "humainement".

      J'aime beaucoup ta réflexion "de quel droit, d'abord, on considère l'habillement comme quelque chose de frivole", elle est très juste ! Tout le monde doit porter des fringues a priori, donc tout le monde a droit à l'accès des fringues éthiques.

      Et je te remercie aussi pour ce que tu as écris, je ne sais pas si je gère bien, mais en tout cas je me pose des questions pour rendre mon comportement de consommatrice le plus juste et le plus équitable possible :)

      Je suis comme toi, assez outrée par la tendance greenwashing des marques fast-fashion et des grands créateurs en ce moment. Le côté "ce vêtement est bio, achetez le, mais ce qu'on ne vous dit pas c'est que c'est un enfant de 12 ans qui l'a fabriqué en une journée de 12 heures" m'horripile particulièrement. Et en même temps, ça reste un progrès. Pareil pour les fringues de créateurs genre Marant ou Zadig ou Kooples, qui coutent un bras et qui sont fabriqués pour que dalle en Asie, sans doute dans des conditions pourries… Qui sait, à force de les dénoncer un peu partout sur le web, l'image de marque des créateurs sera un peu salie et ils feront des efforts pour revenir à une fabrication plus éthique !

      Merci à toi pour cette discussion très intéressante ! Bonne continuation également :)

      Reply

  6. bonsoir Eva. Je m'intéresse depuis peu au minimalisme et ton post m'a donné envie de laisser un commentaire . Si j'approuve le coté "consommation raisonnée " et "raisonnable", je suis plus réticente à accepter le côté un peu dirigiste de la démarche.
    Alors oui je vais faire du tri dans mon placard et en sortir toutes les fringues que je ne porte plus (parce que données et acceptées pour faire plaisir – je m'en rends compte maintenant / parce que je ne rentre plus dedans ), mais non, je ne lâcherai pas mon bleu marine chéri (je suis une femme printemps) et je continuerai à acheter quelques pièces fast fashion qui me font de l'oeil dans la boutique.
    Toutefois, je suis en bonne voie car je ce soir, je suis allée faire un tour de soldes : je suis rentrée à la maison après la 2eme boutique car ces amas de vêtements ne m'intéressaient plus ……..
    Bon courage et à bientôt avec peut être des belles photos de mes capsules personnalisées…

    Reply

    • Bonsoir ! :)
      Tu sais, comme j'aime à le répéter souvent aux autres (comme quoi "faites ce que je dis mais pas ce que je fais") il faut faire ce qui nous rend heureux, aller au rythme qui nous convient :)
      J'espère que tu vas t'en sortir, et félicitations pour les soldes !! :)
      Et c'est avec grand plaisir que je regarderai tes photos de capsules personnalisées ! :)
      A très vite !

      Reply

  7. Salut, je suis nouvelle dans la démarche du tri, du vide, de la vie saine et plus simple…etc etc Mais j'ai bien entamé la procédure ! Sinon je voulais te dire que je trouve ton blog très intéressant. Il fait parti de ceux qui m'inspirent!! Bref ravie de l'avoir découvert et de te suivre à présent. Moune
    PS: si tu as le temps de faire un tour sur mon blog et de voir mes premières étapes : http://www.mounemouette.blogspot.fr

    Reply

    • Salut Salut ! Je suis allée voir ton blog, c'est très chouette ce que tu es en train de faire ! Félicitations ! J'espère que cette démarche pourras te permettre de t'épanouir, en tout cas c'est vraiment le but !
      Merci beaucoup beaucoup pour tes gentils compliments, ils me touchent vraiment ! :) ça me fait chaud au coeur ! :)
      A bientôt et bon courage !
      (n'hésites pas à venir me raconter tes histoires de tri, je serais ravie de pouvoir t'aider si besoin ^^)

      Reply

  8. C’est un truc qui fait que j’ai un peu lâché mon cerveau aussi… Je garde toujours l’idée « tout va avec tout » et palette de couleurs / respect de ma morpho, mais de manière moins stricte. Je passe beaucoup plus de temps dans les friperies, et je vois plus ma garde robe comme quelque chose de changeant. Avant j’essayais d’investir et d’acheter eco responsables (=cher) pensant avant au durable. Maintenant, j’ai moins de moyens financiers (l’inconvénient de chercher à vivre de sa passion ahaha), dc je vise clairement le moins cher et le plus écolo = les fripes. Et je me dis que vu mon mode de vie, peu de vêtements au final vont vraiment rester des années : gouts, morphologie et taille qui change…. J’essaie donc de restreindre le nombre de pièces, et de racheter plus souvent au changement de saisons, à la manière de Bea Jonhson :)

    Reply

    • Merci Carry pour ce témoignage, c’est agréable de lire des commentaires comme ça, de voir qu’on est pas la seule de ce cas :)
      Bonne journée ! :)

      Reply

Leave a Comment

Required fields are marked *.


%d blogueurs aiment cette page :