Comment j’achète d’occasion sur Vinted

Cet article me trotte dans la tête depuis un loooong moment. Mais comme d’habitude, je procrastine et je repousse au lendemain sans jamais rien écrire. Je suis une grande adepte du site de vente de vêtements d’occasion appelé Vinted. Mes trouvailles sont d’ailleurs souvent postées sur mon compte Instagram. Ce matin, des lectrices m’ont demandé comment j’achète d’occasion sur Vinted. Etant en congé aujourd’hui, j’en profite donc pour vous écrire enfin ce fameux article ! Il n’est jamais trop tard n’est-ce pas ? D’ailleurs, si vous avez envie d’autres articles en particulier, n’hésitez pas à me le dire, c’est un excellent moyen de me mettre un coup de pied aux fesses pour me motiver… Bref…

Comment j'achète d'occasion sur Vinted

petite robe en laine doublée, achetée 6 euros sur Vinted

Avant de commencer, je vais rappeler tous les avantages de l’achat d’occasion qui permet à tout le monde de consommer de manière éthique et écologique.
  • La seconde main c’est de la réutilisation, du recyclage de vêtements dont les propriétaires veulent se séparer. Au lieu d’être jetés, les vêtements sont vendus à d’autres personnes qui les utiliserons. Cela permet donc de générer moins de déchets même si les vêtements sont envoyé par transporteur : la plupart du temps, les colis sont eux-mêmes issus du recyclage (très peu de vendeuses achètent des colis neufs, c’est trop cher !).
  • Les vêtements sont sortis du système commercial traditionnel de la fast-fashion. Vous pouvez donc vous offrir de belles pièces sans pour autant enrichir les multinationales qui ne soucient pas de leur éthique. Même si l’étiquette mentionne « made in Vietnam » (c’est un exemple), votre achat sera quand même militant puisque vous donnez une seconde vie à ce vêtement. Personnellement je ne crois pas qu’il faille boycotter les vêtements de seconde main étiquetés d’une marque de la fast-fashion, nous ne ferions que créer plus de déchets. Quelque part, ça me fait mal de penser que la personne qui a fabriqué le vêtement l’a fait pour que quelqu’un le porte seulement 2 jours, s’en lasse et le jette. Ca me fait vraiment mal au coeur. Au contraire, je préfère valoriser le travail de ce(tte) ouvrier(ère) en portant des vêtements d’occasion et clamer haut et fort qu’il s’agit d’une trouvaille de seconde main ! Pour moi c’est vraiment donner une seconde vie à l’objet et le rendre enfin utile. Quand je porte un vêtement d’occasion, j’ai l’impression de soutenir les personnes qui l’ont fabriqué en leur disant, « vous voyez, je reconnais votre travail et je vous remercie, il ne sera pas vain ». C’est un peu un pied-de-nez aux multinationales en fait (#payetavieilleexpression). Ca peut paraitre un peu bizarre, je le conçois, mais je ressens vraiment les choses ainsi.
Passons maintenant à ma méthode, vous allez le voir, tout est une question de tri…
blouson en daim, acheté d'occasion 70 euros sur Vinted

blouson en daim, acheté d’occasion 70 euros sur Vinted

1 / Définir ce que l’on veut s’acheter

La liste de vos envies

Comme pour tout bon shopping minimaliste, il faut avant tout définir une shopping list (réelle ou fictive peu importe). Savoir ce que l’on veut s’acheter va vraiment nous aiguiller. Sur Vinted, il y a des milliers d’articles, je vous déconseille vivement de vous lancer dans cet océan de vêtements sans savoir un minimum où vous voulez aller. Pour vous aider, il y a trois choses : le contenu de votre garde-robe, Pinterest et le blog Into Mind.

Pour cette dernière, un bon tri à chaque fin/début de saison ne fait jamais de mal… Je vous laisse aller consulter mon article (ici) à ce sujet si vous n’êtes pas familiers avec ce genre de choses…

Trouver l’inspiration

Quand à Pinterest, là c’est vraiment une affaire de goût. Lorsque j’ai commencé à utiliser ce site il y a quelques années, j’avais bien distingué chaque saison par tableau, j’avais donc 4 tableaux, avec parfois des doublons, d’autres fois des choses qui ne se ressemblaient pas du tout. Ca n’allait pas. J’ai donc décidé de créer 3 tableaux : un sur l’été, un sur l’hiver, et un pour la mi-saison (printemps et automne donc). Mais ça ne me plaisait toujours pas, jusqu’à ce que j’identifie le problème. J’avais besoin d’une vision d’ensemble. J’ai donc réuni toutes mes photos épinglées en un seul tableau, et j’en ai profité pour supprimer tous les doublons (oui on peut passer des heures sur Pinterest, mais rassurez-vous, les transferts d’épingles sont rapides à faire, ouf…).

J’ai appelé mon tableau « STYLE ». Parce que ce qu’on recherche au final, c’est notre style personnel, pas des vêtements à la mode. Je me suis donc retrouvée avec toutes tenues / ambiances qui me touchent, qui me font me sentir moi. Ensuite, j’ai remarqué que beaucoup de pièces similaires revenaient systématiquement (un jean taille haute bleu clair, une marinière, un gros pull beige, un manteau camel pour l’hiver, etc.). C’est grâce à ça que je détermine ce qu’il me manque. Lorsque j’ai une idée de look qui me plait et que je fais des recherches sur Pinterest, j’épingle tout ce qui me plait, puis je retourne sur mon tableau « STYLE », et je refais le tri pour ne garder que la crème de la crème des looks qui me plaisent. Ici, je vous laisse aller jeter un oeil sur mon tableau en question, qui, je trouve, devient de plus en plus cohérent avec ce que je suis.

Je parle tout le temps du blog d’Anushka Rees : Into Mind. Toute la catégorie, développement du style personnel, capsule wardrobe, entretien de la garde-robe est vraiment très intéressante. Par contre désolée c’est en anglais… J’ai réutilisé plusieurs fois ses méthodes pour mes propres garde-robes capsule, je vous laisse aller voir directement cette catégorie de mon blog (ici). En gros, si vous n’avez pas envie de lire, retenez que vous devez connaitre vos besoins avant d’acheter des vêtements. Autrement, je suis désolée de vous le dire, mais vous n’y arriverez pas. De la même manière qu’il vaut mieux faire une liste quand on va faire les courses au (super)marché, si on ne prévoit pas un minimum, on se retrouve avec des produits en double, mais pas avec les produits essentiels qui nous manquaient. C’est exactement pareil avec les vêtements.

2 / Etablir un budget

J’ai l’impression que ça parait tout simple dit comme ça, mais ça vaut quand même le coup de le rappeler. Ne dépensez pas trop dans une pièce « peu importante » comme un petit t-shirt (sauf si c’est un basique, neuf, de qualité, là c’est différent) si vous avez besoin d’un manteau d’hiver qui vous coutera sans doute plus cher (quoique, après c’est du cas par cas, chaque vendeuse vend au prix qu’elle veut…beaucoup de facteurs interviennent dans le prix de vente : si elle veut se débarrasser de son vêtement à tout prix, ou si elle veut se faire de l’argent…).

La plupart du temps, je me sers de la Grille que Justine du blog La Singularité a créé pour avoir des limites de prix maximum :

3 / Personnalisez votre profil

  • Choisissez de faire apparaitre dans votre fil d’actualité uniquement les vêtements à votre taille.
  • Définissez les marques que vous préférez voir affichées dans votre fil d’actualité.
  • Abonnez-vous à des vendeuses dont le style vous correspond. Vous les trouverez au hasard au fil de vos pérégrinations (sur chaque page d’article à vendre, il y a un lien et un extrait du dressing de la vendeuse).

4 / Faites le tri

Eh oui, encore ! Je vous avais prévenues… Admettons que vous cherchez une petite robe noire. Vous allez aller dans l’onglet « Robes ». Ensuite, vous pourrez choisir la forme de robe qui vous convient, puis la gamme de prix, puis la taille, puis la couleur, ensuite la marque que vous souhaitez trouver, etc… Vous pouvez aussi taper dans la barre de recherche en plus un mot clef (« carreau » par exemple, penser à mettre au singulier, les vendeuses ne sont pas toujours très fortes en orthographe…).

De cette manière, grâce aux filtres, vous allez éliminer un grand nombre d’articles qui ne vous correspondent pas. Rappelez vous aussi que vous pouvez cocher plusieurs fois les cases dans la même rubrique. Si par exemple vous êtes entre deux tailles, vous pouvez cocher les vêtements en 38 et en 40, idem pour tout le reste, les marques, les couleurs, etc. En revanche, vous ne pouvez taper qu’une seule phrase dans la barre de recherche.

5 / Faire preuve de patience et de persévérance

Acheter sur internet, on est d’accord, ce n’est pas si simple, ce n’est pas comme si on était dans un magasin avec tous les vêtements sous les yeux. Là il faut changer de page, aller jusqu’au bout des recherches, se taper 20 pages de vêtements sans trouver celui qui nous correspondra parfaitement. Oui, c’est vrai, ça prend du temps. Mais ça vaut le coup. C’est un effort à faire. Je n’ai pas de solution miracle mis à part de bien appliquer mes quatre conseils précédents.

6 / Bien utiliser les favoris

De la même manière que je vous ai expliqué comment faire le tri sur Pinterest, vous allez devoir mettre tout les vêtements qui vous plaisent vraiment en favoris, pour ensuite écrémer et faire le tri. Pour y arriver, allons voir mon conseil n°7…

7 / Contacter la vendeuse

Etape hyyyyyyper importante ! Les descriptions sur les fiches produits sont très rarement bien complétées (ça ne veut pas dire que la vendeuse n’est pas fiable pour autant, certaines font exprès pour qu’on vienne leur parler, c’est ça aussi qui est cool sur Vinted, c’est qu’on discute entre girls). La phase prise de contact avec la vendeuse va donc être la clé de votre décision. Vous allez pouvoir lui demander des précisions sur tout ! La taille, la matière, les dimensions… Vous pourrez lui demander davantage de photos, éventuellement des photos avec le vêtement porté, des photos prises de jour devant une fenêtre (la lumière artificielle ne donne pas les bonnes couleurs, ça évite les mauvaises surprises). Vous allez aussi pouvoir négocier le prix !

A ce moment là vous pourrez également consulter son profil, voir si elle a d’autres articles qui pourraient vous plaire (sachant qu’en général il y a des réductions sur les lots), voir les avis que les autres vinties on laissé après une transaction. Vous pouvez voir à quelle fréquence elle se connecte ainsi que ça réactivité à répondre, ça permet de ne pas désespérer que personne ne réponde à votre message…

8 / Utilisation de la plateforme de paiement

Lorsque j’ai commencé à utiliser Vinted, c’était tout jeune et encore tout neuf, pas toujours bien rôdé, il parait que certaines filles se sont faites arnaquer, des paiements envoyés dans le vide et jamais de réception de colis. Bref, l’arnaque d’internet quoi… Les développeurs du site ont donc mis en place une plateforme sécurisée qui permet de tracer le colis du début jusqu’à la fin, et qui est vraiment fiable. En cas de problème d’acheminement, d’erreur sur l’envoi du vêtement, l’équipe est très réactive. Si une vendeuse refuse de passer par la plateforme, c’est souvent à cause de la commission que le site prend, si vous tenez absolument à lui acheter son vêtement, vous pouvez tenter de lui proposer un prix légèrement plus élevé (10% de commission je crois) ainsi vous bénéficierez de la garantie Vinted. Sinon laissez tomber…

9 / La livraison

Il y a deux types de livraison possible, via La Poste, ou via Mondial Relay, vous pouvez choisir celui qui vous convient le mieux. A condition que la vendeuse propose bien les deux modes de livraison. Parfois l’un des deux n’est pas proposé, dans ce cas, voyez avec la vendeuse, vous trouverez peut-être un arrangement ;)

La localisation des vendeuses / acheteuses est incluse également dans le site, donc si vous habitez dans la même ville, pourquoi ne pas faire une remise en main propre ? C’est plus économique et en plus c’est plus sympa et écologique :)

10 / Evaluer la vendeuse

Pensez à vos semblables, mettez une évaluation à votre vendeuse, si elle a été sympa, ça met en confiance. Si ça ne s’est pas bien passé, vous pouvez le signifier. D’une part elle fera plus attention la fois d’après, d’autre part, elle peut vous répondre pour se défendre si elle trouve que votre commentaire est injuste. Donc pas de méchanceté gratuite à l’horizon !

et profitez de votre achat !

instagram2016_00123

perfecto en cuir, acheté d’occasion sur Vinted


Qu’en pensez-vous ? Est-ce que cette méthode vous parait faisable ou alors insurmontable ? Trop chronophage ?

Que pensez-vous des achats de seconde main ? Est-ce que ça vaut le coup de passer d’y passer du temps ?

10 Comments Write a comment

  1. J’aime beaucoup Vinted, j’y traîne mes guêtres de temps en temps lorsque j’ai un achat en tête.
    Je suis déjà tombée sur de petites pépites, comme mon trench Comptoir des Cotonniers acheté 70€ au lieu de 195, et en parfait état.
    Bon dernièrement j’ai loupé une vente, le ciré Petit Bateau de mes rêves m’est passé sous le nez ! Mais bon, c’est le jeu… (ma pov’ Lucette)

    Bonne soirée ! :)
    Marine

    Reply

  2. Hello ! Comme toi j’achète bcp sur Vinted. J’ai commencé par vendre les pièces de mon dressing que je jugeais superflues puis une fois en confiance, à acheter. J’ai ainsi déniché une superbe veste négociée à 70€, neuve, pour une valeur de 370 € ! Il m’arrive parfois d’acheter du neuf, mais dans ce cas, il s’agit soit de marques éthiques ou made in France … Chaque achat est réfléchit ce qui est une prouesse pour moi qui encore l’année dernière dépensait des sommes folles chez Maje, Sandro etc… pour des pièces fabriquées en Chine dans de probables mauvaises conditions. Merci pour ton article en tous cas ! En espérant qu’il aide d’autres jeunes femmes à sauter le pas pour acheter des articles de seconde main. A bientôt !

    Reply

  3. J’ai adoré ton article, merci beaucoup pour tes précisions, cela va m’être hyper utile. Je te dis BRAVO pour le rapport avec les vêtements et le respect que tu as pour les personnes qui les ont confectionné, fats-fashion ou pas. Nous sommes « rares » à penser comme ça.
    Je suis novice sur l’achat en seconde main (sur le net, les vide greniers et friperies j’adoooore), et Vinted me plait beaucoup.
    Ce qui m’a encore plus convaincue c’est mes derniers achats (comment tu peux vendre un perfecto et un jean levis à 25€ l’unité NEUFS ??). Bref, elles n’en voulaient plus et moi je suis RAVIE !!
    Je vais appliquer à la lettre tes conseils, je crois que je vais gagner un temps fou, MERCI !!

    Reply

  4. Article super utile, d’autant plus que c’est pas évident d’acheter des trucs d’occasion. Je plussoie pour le fait de ne pas hésiter à demander des précisions à la vendeuse.

    Trois points que je rajouterais, plus généralement:

    1. Personnellement, j’évite la fast-fashion, même à l’état neuf, pour des raisons de grille de paiement: ça ne va pas être de la meilleure qualité d’occasion qu’en magasin, et en magasin c’est très inégal: j’ai eu des fringues fast-fashion, surtout basiques, qui ont duré des plombes, comme des trucs qui sont tombés en loques après trois-quatre lavages. En général, je trouve qu’il vaut mieux déterminer quelles marques font vraiment de la bonne qualité (parce que ce n’est pas forcément une question de haut de gamme ou bas de gamme), et du coup éventuellement payer un peu plus. De toute façon, acheter comme ça, ça prend plus de temps: je n’ai pas envie de mettre du temps, ni 10€, dans une fringue qui ne va pas durer. Mais mettre 25 ou 30, voire 50€ dans quelque chose que je vais porter avec plaisir pendant des années, ça vaut le coup. Par exemple j’ai trouvé un bermuda Comme des Garçons à 50€, il est noir, il est solide comme tout, il est beau, et il se porte toute l’année. Je dis ça en connaissance de cause, au début je faisais tout pour trouver des équivalents le moins cher possible aux fringues que je voulais réellement, et ça s’est traduit par plein d’erreurs d’achat, et une période où j’étais vraiment assez mal sapée. Ce qui me mène au point 2:

    2. Il faut s’attendre à faire quelques ratages. Je suis plutôt bien rodée à l’exercice maintenant, mais ce mois-ci j’ai quand-même dû renvoyer un article. Les sites de vente d’occase ne remboursent pas forcément les frais de port, c’est le cas pour Videdressing, donc il faut décider si la fringue en question vaut 10-15€ et un déplacement à la poste rien que pour l’essayer.

    3. Sur le fait que les marques y gagnent quelque chose ou pas, alors, Vinted a l’air un peu plus calme sur ce plan-là, mais je pense que les marques y gagnent quand-même quelque chose. Je dis ça de façon tout à fait neutre, hein, mais en tout cas, en trainant pas mal sur Videdressing, j’ai connu plein de marques que, franchement, je ne me serais même pas approchée de leur boutique physique parce que j’aurais l’impression d’avoir poussé sur un vieux fromage au fond de leur frigo, genre la boutique riquiqui avec six fringues à 500€ et le chat de la vendeuse est mieux coiffé que moi. Ou simplement c’est trop cher et du coup on ne sait même pas quoi regarder. Alors qu’une fois qu’on a quelques fringues de la marque, non seulement on pense plus facilement « ah bah tiens je vais m’acheter ce pantalon Isabel Marant », l’air de rien, mais du coup on passera plus facilement à l’acte pour un vêtement neuf, sinon pour Isabel Marant (parce qu’un mois de loyer pour une robe, merci mais non merci), du moins pour une marque un peu plus chère que d’habitude. Bon, tout ça pour dire que les marques y gagnent quand-même de la pub, et qu’il ne faut pas croire que juste parce qu’on a affaire directement aux vendeurs, le site fait ça par volonté éthique. Disons que ça reste du commerce. Mais c’est clair qu’il vaut mieux réutiliser les fringues de quelqu’un d’autre qu’enrichir directement une grosse boite comme H&M.

    Reply

    • je suis plutôt d’accord avec toi sur les trois points. je rajouterai juste que sur le point 3, il faut discuter avec la vendeuse et voir dans son dressing, si ça fait trop « boutique » alors on zappe :)

      Reply

  5. Y a aussi un truc intéressant que j’ai remarqué en achetant d’occasion, psychologiquement c’est mieux, parce que même si les produits sont uniques, on arrive quand-même à surveiller une fringue pendant quelques mois sans qu’il soit vendu. Bon, on passe à côté parfois, et parfois il s’avère juste indisponible. Mais avec Zalando ou Asos parfois c’est terrible, parce qu’on repère une fringue et six heures plus tard, à tous les coups, elle est en rupture de stock. Et on s’investit dans une fringue comme ça, il nous la faut absolument. Et très souvent, à moins d’y mettre 60-80€, la fringue qu’on recevra n’en vaudra pas du tout la chandelle.

    Alors qu’avec une wishlist de vêtements d’occase, perso j’ai une vingtaine d’objets dessus, j’en commande un ou deux quand je peux, et de temps à autres quelque chose me file sous le nez, mais honnêtement, une fois que c’est parti de la wishlist, je n’y pense même plus, à deux-trois exceptions près (une veste Kenzo et une paire de DMs brodées trop canon qui se sont avérées indisponibles au moment de la commande. Même si, à priori, au moment d’ajouter l’objet à la wishlist il me plait réellement. Du coup, on relativise beaucoup plus par rapport à son désir et son besoin de l’objet. Il me semble que Jeanne-Aurore Coleuille avait un article à ce sujet d’ailleurs (mais elles ont un peu disparu de la circulation ces deux-là depuis un petit moment, non?).

    Reply

    • oui tu as tout à fait raison, l’achat est bien moins impulsif donc plus réfléchi, ce qui permet de ne pas être perturbé par l’aspect coup de coeur.
      quand à JAC et LG oui je crois qu’elles ont mis en pause leur blog :)

      Reply

Leave a Comment

Required fields are marked *.


%d blogueurs aiment cette page :