Article

« Produire bio, un business comme les autres ? »

Lorsque j’ai vu cette vidéo hier soir sur Arte, je me suis sentie complètement désemparée. J’ai quasi pleuré. Enfin, pas pleuré pour de vrai, mais j’ai eu une boule au ventre. Depuis quelques temps, je fais très attention à ce que je mange. J’essaie de me nourrir quasi exclusivement de produits bio parce que d’une part c’est bon pour la santé de ne pas ingurgiter de produits chimiques issus de pesticides – entre autres – et d’autre part le bio est bon pour l’environnement. Du coup j’achète des légumes, du fromage, du pain et des oeufs issus de l’agriculture biologique ET locale (au marché j’achète uniquement des produits d’agriculteurs locaux). Donc de ce point de vue là, tout va bien. Le hic, c’est que je me nourris aussi d’autres choses, genre des pâtes, du riz, des céréales en tout genre, du poisson, de la viande, des compotes, des yaourts, du chocolat, sans parler des vins, bières, etc… Toutes ces choses là, je les achète au maximum issus de l’agriculture bio (sauf pour les viandes, c’est trop cher, dans ce cas je choisis des labels « élevés en plein air »). La plupart de ces aliments ne sont pas produits localement, et peut-être même pas en France. J’essaie au maximum d’acheter des aliments cultivés et élevés en Europe, car je pense à l’impact carbone que provoque une importation de concombre du Chili ou je ne sais pas où. Les règles de production sont donc moins contrôlables que lorsque je vais au marché, mais je suis au courant, j’essaie donc de faire au mieux.

Vous pouvez donc constater que je me sens très concernée par les critères de production bio, le respect de l’environnement, etc. Pour moi l’esprit agriculture bio c’est vraiment la nature au pouvoir, le respect des cycles naturels, la non-utilisation de produits chimiques et synthétiques, tout un tas de trucs de bisounours trop super géniaux et hyper respectueux de l’environnement.

Et puis j’ai vu ce reportage… Je vous laisse le regarder, retrouvez moi plus bas…

Plus le documentaire avançait, plus je désespérais… A qui et à quoi se fier ? Comme je le disais plus haut, je fais au maximum mes courses chez les producteurs locaux, dont je connais l’éthique de production, et à qui je fais confiance. Mais le maximum ne veut pas dire l’intégralité. Tout le reste est labellisé « AB », mais quand on voit ce que certains labels laissent passer, c’est juste effarant !

Quand j’ai vu le passage avec les dindes labellisées Naturland, dans cet élevage de Basse-Saxe en Allemagne, qui est espionné par les personnes de l’association de défense des animaux, j’ai juste été dégoutée. Certes on sait que ces conditions d’élevage existent dans beaucoup de fermes dans le monde, mais ce n’est pas sensé être le cas pour les élevages bio. Je ne suis pas du genre à militer pour les animaux, tout ça, j’aime la viande, etc. Mais je reste humaine, quand j’ai vu ça, j’ai compris les végétariens ! Attention je n’ai rien contre eux hein, mais comme je vous dit j’aime la viande, je ne pense pas pouvoir un jour devenir végétarienne. J’en mange peu et lorsque j’en mange, je fais attention aux conditions d’élevage comme je vous l’ai dit plus haut (plein air ou pas).

Après, je mange aussi beaucoup de saumon ou truite fumé bio, de crevettes bio, parce que ces produits sont moins chers et plus accessibles (on en trouve en grande surface et pas seulement en magasin bio) que la viande rouge ou blanche. Encore une fois, j’ai été fortement interpellée par les conditions de production des crevettes en Thaïlande.

Qui contrôle ces agriculteurs et éleveurs ??? Pourquoi personne ne leur retire leur labels bio ???

Tout ça est une histoire de pots-de-vins, et ça tout le monde le sait. Les cultivateurs Chinois interrogés le disent clairement, pour l’équivalent de seulement 200 euros, on peut obtenir un label bio, c’est n’importe quoi !

Alors la question principale c’est à qui faire confiance ? Que peut-on acheter en toute sérénité ?

Pour moi la seule solution c’est de continuer au maximum d’acheter local, pour que je puisse contrôler moi-même la façon dont sont produits les aliments que je mange. Même si au final, je continuerai à m’acheter des pâtes et du riz, du boulghour, du quinoa dont je ne contrôle pas la production. En fin de compte, on peut seulement limiter les dégâts, rien de plus. C’est ça qui me désespère.

J’espère ne pas vous avoir fait trop flipper avec mon désespoir, mais j’avais besoin de partager, car encore une fois, tout est récupéré par les magnats de la finance. Le fric, y’a que ça qui compte. Ces gens n’ont pas de conscience ou quoi ? Je ne comprend vraiment pas pourquoi les projets les plus beaux sont toujours récupérés par les financiers pour faire de la thune, et oublier complètement le but principal de ce projet. Et franchement, ç’est super saoulant. De mon côté, que puis-je faire ? Je ne comprend rien à ces trucs là, je suis juste dégoûtée de l’importance de l’argent dans la société. Enfin non ce n’est même pas ça, c’est le mauvais usage de l’argent qui me dégoûte.


Alors on fait quoi ? On pleure ? On attend ? On subit ?